Les structures de l’œil sont faites pour absorber une certaine quantité de rayons nocifs du soleil. La cornée absorbe les rayons UVB tandis que la lentille de l’œil, le cristallin, absorbe les UVA. Cette mécanique vise à protéger la rétine d’une radiation trop forte qui l’endommagerait.

Il faut se méfier de toutes les sources de rayonnement, celles directes par les rayons du soleil mais aussi celles qui nous touchent par réflexion sur le sable, l’eau et la neige. Lorsque l’œil est exposé de façon trop prolongée à des rayons UV nocifs, il peut développer des pathologies, des inflammations de la cornée ou de la rétine, ou à plus long terme des cataractes, d’où l’importance de se protéger adéquatement.

Plusieurs éléments peuvent nous aider à limiter le niveau de rayons nocifs atteignant l’œil :

  • la fermeture naturelle de la pupille;
  • le port d’un chapeau à large bord ou d’une casquette;
  • le port de lunettes de protection.

Dans le cas des lunettes de protection, il faut différencier les filtres qui bloquent les rayons nocifs et la teinte qui diminue la quantité de lumière et donc l’éblouissement.

Un filtre qui bloque les rayons UV doit permettre une protection totale. La mention UV100% ou UV400 indique une telle protection. Le filtre est transparent et peut donc s’ajouter sur une lentille de correction si l’enfant doit porter des lunettes ou sur une lentille neutre, sans force.

Les teintes varient en couleur et en intensité. Il est important de bien choisir la couleur en fonction des activités de l’enfant. Les teintes suivantes sont les plus utilisées :

VERT : limite l’éblouissement sans trop modifier la perception des couleurs. Plus difficile à porter si l’éclairage diminue ou par temps plus sombre.

GRIS : choix par excellence pour les activités de tous les jours. Elle ne modifie pas la perception naturelle des couleurs et permet une bonne protection contre l’éblouissement.

BRUN : surtout utilisé pour la conduite automobile, elle peut être utile dans certains cas où le patient doit augmenter la luminosité perçue (cataracte, problème de rétine). Peu utilisée pour les enfants.

L’intensité de la teinte doit être choisie avec soin, i.e. celle qui procure le plus de confort tout en ne réduisant pas la vision de l’enfant. Si une teinte est trop foncée et portée souvent, l’enfant aura tendance à développer une dépendance à la teinte et à développer une hypersensibilité à la lumière.

Il est donc important de limiter le port de lentilles teintées aux activités extérieures et lors d’exposition prolongée au soleil. Même dans le cas des lentilles cosmétiques (rose, violet, bleu pâle), nouvellement introduites comme mode chez les adolescents, ces teintes modifient la perception naturelle des couleurs et ne devraient être portées que sur recommandation professionnelle de l’optométriste, de l’ophtalmologiste ou de l’opticien d’ordonnances.

Un dernier point à souligner : la qualité de la lunette est importante. La plupart des lentilles solaires achetées en grande surface sont des coquilles moulées qui, pour certaines, comportent des distorsions qui créent des inconforts comme des maux de tête et, éventuellement, des défauts de perception. De plus, les lentilles ne sont pas traitées contre les égratignures. Or, une surface qui devient égratignée procure des réflexions parasites qui peuvent nuire à l’enfant. Finalement, la monture doit être résistante aux chocs. En effet, si une pièce se détache ou se brise facilement elle peut entrer dans l’œil et causer une lésion à l’enfant.

RAPPELEZ-VOUS QU’IL EST PRÉFÉRABLE DE NE RIEN PORTER QUE DE PORTER UNE LUNETTE ASSURANT UNE PROTECTION INADÉQUATE.

Voici donc quelques conseils pour l’achat d’une lunette solaire fiable pour votre enfant.

1) Vérifier la qualité de la lentille :

  1. Portez la lunette ou regardez à travers les lentilles;
  2. Fixer un objet rectangulaire (ex : carreaux de plancher);
  3. Bouger la tête ou la lunette de haut en bas et de gauche à droite,
    de haut en bas;
  4. Si les lignes demeurent droites, la distorsion est négligeable;
  5. Ne pas acheter une lunette qui comporte une distorsion plus importante
    ou qui présente une fragilité de la monture.

2) Vérifier la qualité des filtres :

  1. L’inscription doit indiquer protection UV400 ou UV100%;
  2. Dans un bureau de professionnel, demandez de vérifier la protection.
  3. Vérifier la qualité de la monture
  4. Elle doit être solide et ne pas présenter de pièces facilement détachables
    pouvant entrer en contact avec l’œil;
  5. Les branches doivent idéalement être extensibles avec des ressorts;
  6. Elle doit comporter un mécanisme d’adaptation ou des plaquettes pour
    le nez, peu formé chez le jeune enfant;
  7. Les branches doivent facilement se modifier pour se conformer à la
    morphologie de l’enfant;
  8. Optimalement elle doit être de qualité ophtalmique et comporter une
    garantie de solidité de même que sur la défectuosité potentielle.

4) Déterminer la teinte :

  1. Consultez un professionnel pour déterminer la teinte la plus appropriée;
  2. La teinte doit être assez foncée pour réduire l’intensité lumineuse sans
    nuire à la vision de l’enfant.

5) Dans un monde idéal :

  1. Consultez un professionnel de la vue (optométriste, opticien d’ordonnances ou ophtalmologiste);
  2. Demandez-leur une lentille et une monture de qualité ophtalmique;
  3. Demandez des lentilles traitées contre les égratignures;
  4. Prévoyez un budget minimal de 50$ pour une lunette solaire de qualité.

 

CONSEILS PRATIQUES FACE AU SOLEIL

  1. Assurez-vous que votre enfant est protégé du soleil en ne l’assoyant jamais en face de ce dernier et en positionnant le couffin, le carrosse ou le landau à l’ombre (<1 an) ou en soleil indirect (>1 an);
  2. Si l’enfant est exposé au soleil, utilisez un chapeau à large bord ou une casquette;
  3. L’enfant ne doit jamais regarder directement le soleil, qu’il y ait éclipse ou non;
  4. Ne laissez pas l’enfant jouer avec des loupes ou des miroirs qui réfléchiraient les rayons solaires;
  5. Consultez un professionnel (optométriste ou ophtalmologiste) si votre enfant ne peut tolérer la lumière du soleil, même indirecte, ou si ses yeux larmoient dès qu’il est à l’extérieur.

Les yeux et les carottes…

Les enfants dont les yeux sont les plus pâles sont éblouis plus facilement que ceux qui ont les yeux foncés. Cela vient du fait que leur rétine contient moins de rhodopsine, pigment dérivé de la vitamine A. Celle-ci est donc essentielle au maintien des yeux en santé. Or, on retrouve cette vitamine dans notre alimentation générale… notamment dans les carottes ! Il est donc vrai de dire que les carottes sont bonnes pour les yeux !

Il est faux d’affirmer, cependant, que les enfants aux yeux pâles sont plus susceptibles de développer des maladies oculaires. Il n’y a aucun lien entre la couleur et la présence de pathologie.

Aller au haut