Environ 10 millions de gens aux États-Unis souffrent du diabète. Il est important de savoir que le diabète peut affecter et causer des dommages aux yeux.

Heureusement, il y a des façons de prévenir ou de diminuer les dommages aux yeux causés par le diabète. C'est pourquoi il est important que les gens qui en souffrent devraient avoir un examen oculo-visuel complet aussitôt que la maladie est diagnostiquée et ensuite au moins une fois par année.

Des examens oculo-visuels réguliers sont spécialement importants pour les gens qui souffrent de diabète depuis au moins 5 ans ou plus, pour ceux qui ont de la difficulté à contrôler leur taux de sucre dans le sang, et pour les femmes diabétiques qui sont enceintes.

La rétinopathie diabétique est potentiellement une maladie oculaire sérieuse causée par le diabète. Elle effecte la rétine -- le tissu nerveux au fond de l'oeil qui transmet les messages visuels au cerveau. Des atteintes à ce tissu délicat causent des dommages importants voire même la cécité.

La rétinopathie diabétique débute avec une légère détérioration des petits vaisseaux sanguins de la rétine. Des portions de ces vaisseaux gonflent et un fluide s'échappe dans le tissu rétinien au pourtour. Généralement, ces changements dans la rétine ne causent aucun symptôme. Par contre, ils peuvent être détectés par un professionnel entraîné à voir les changements subtils de cette maladie rétinienne.

Chez plusieurs personnes souffrant de la rétinopathie diabétique, la maladie ne causera jamais de problèmes visuels importants. Mais chez certains individus, les vaisseaux continuent à couler et cela cause un oédème maculaire. L'oédème est un accumulement de fluide au niveau de la macula -- la portion de la rétine en son centre responsable de la vision claire et précise. Quand la macula devient enflée à cause de l'excès de fluide, la vision diminue tellement qu'elle devient difficile ou impossible.

Certaines autres personnes vont développer une condition encore plus sévère appelée la rétinopathie proliférative. Cette condition peut se développer avec ou sans oédème maculaire. Lors de la rétinopathie proliférative, de nouveaux vaisseaux abnormaux vont se créer sur la surface de la rétine. Ces nouveaux vaisseaux sont très fragiles et se rupturent faicilement: des hémorragies apparaissent et peuvent bloquer la vision.

Des cicatrices se forment aussi près de la rétine et il y a danger d'un décollement de la rétine. Une perte sévère ou une cécité peut en résulter. Mais cela n'a lieu quand chez une petite minorité de gens qui souffrent de diabète.

Près de 40 % de tous les diabétiques auront au moins de légers signes de rétinopathie diabétique. Près de 3 % vont souffrir d'une perte visuelle sévère à cause de cette maladie.

En général, plus le diabète existe depuis longtemps, plus il y a de chances de développer une rétinopathie diabétique.

Tel qu'indiqué précédemment, la rétinopathie diabétique ne cause généralement pas de symptômes dans les premiers stades. Pour la personne qui développe un oedème maculaire, l'embrouillement sera un des symptômes principal. Mais la rétinopathie proliférative peut progresser longtemps avant que les symptômes n'apparaissent. C'est pourquoi les gens qui souffrent du diabète doivent subir un examen oculo-visuel complet afin que les problèmes oculaires soient détectés et traités si nécessaire.

Récemment, des chercheurs ont montré qu'un traitement au laser pouvait prévenir les pertes visuelles chez beaucoup de gens ayant un oédème maculaire. Ce traitement, appelé photocoagulation, consiste à focaliser la lumière du laser sur les vaisseaux qui laissent passer le fluide dans la macula. Le but du traitement est de sceller les vaisseaux pour empêcher le passage du fluide.

Chez plusieurs patients, ce traitement va stopper la diminution ou va même améliorer la vision.

Les recherches ont aussi montré que la photocoagulation au laser peut diminuer dramatiquement le risque de cécité chez les gens qui ont la rétinopathie proliférative. Pour ces patients, le laser est utilisé d'une manière différente: il n'est pas focalisé sur la macula mais sur des centaines de points situés dans les autres parties de la rétine. Le but de ce traitement est de détruire les tissus affectés et de faire en sorte que la rétinopathie ne s'étende. De fait, le traitement peut réduire le risque d'une perte visuelle sévère de 60 %.

L'ophtalmologiste va habituellement considérer un traitement au laser quand la personne diabétique a une rétinopathie proliférative ou des signes rétiniens qu'elle se développera bientôt. Aussi, les gens qui montrent un oédème de la macula pourront aussi bénéficier du traitement.

La décision quant à recommander un traitement au laser à une personne en particulier va dépendre à la fois des bénéfices potentiels et des effets secondaires: la prévention ou le ralentissement de la perte de la vision -- versus les risques d'effets secondaires indésirables. Cela peut inclure une perte de la vision centrale ou périphérique.

Malheureusement, le traitement au laser ne peut redonner la vision à celui qui a déjà souffert de dommages à la rétine à cause de la rétinopathie diabétique. Aussi, le laser ne peut être utilisé si une hémorragie à l'intérieur de l'oeil fait en sorte qu'il est difficile ou impossible de voir les régions de la rétine qui sont à traiter.

Certains patients qui souffrent de la rétinopathie -- incluant ceux qui ont eu la photocoagualtion -- peuvent devenir aveugles à cause d'une hémorragie intensive dans l'oeil. Maintenant, les ophtalmologistes peuvent retirer le sang et le tissu cicatriciel hors de l'oeil. Cette technique s'appelle la vitrectomie.

À la suite d'une vitrectomie, les patients souvent peuvent voir assez bien pour se mouvoir par eux-mêmes. Occasionnellement, la vision de l'oeil opéré est suffisante pour reprendre les activités de tous les jours comme la lecture ou la conduite automobile.


L'examen oculo-visuel: à quelle fréquence ?

Voici quelques suggestions :

Âge Examen de base Suivi
12-30 Vous souffrez de diabète depuis 5 ans une fois par année *
30 + Au moment du diagnostic du diabète une fois par année *

* ou selon les recommandations de l'optométriste ou de l'ophtalmologiste

Aller au haut