Trois types: thermiques, chimiques et par radiation.

Les brûlures thermiques
Les yeux, en temps normal, sont protégés par les paupières et le réflexe de clignement. Les objets pouvant causer des brûlures peuvent être les fers à souder, les fers à friser, les têtes d'allumettes (souffre). Les tissus atteints seront brûlés au premier, deuxième ou troisième degré. La cornée, si elle est atteinte, devra être débarraséée des tissus morts en ophtalmologie et traitée aux antibiotiques. En premiers soins, l'eau froide peut être utilisée pour un soulagement temporaire. On doit éviter l'usage du corps gras sur les surfaces oculaires.

Les brûlures chimiques
De loin les plus fréquentes, les brûlures chimiques représentent une véritable urgence oculaire. Trois types de produits peuvent être considérés: 1) les produits pétroliers: l'essence, la thérébentine, le benzyne, les produits aromatiques; 2) les acides: dont le peroxyde pour stériliser les lentilles de contact, les acides de batterie d'automobile, le vinaigre, les acides contenant des métaux lourds; 3) les alcalins: produits à base d'ammoniaque (nettoyeurs, réfrigération), chaux, plâtre, mortier, produits contenant du chlore (piscine).

Premiers soins

Les soins doivent être prodigués dans les secondes suivant l'accident si un effet maximal doit être obtenu.

L'histoire de l'accident est importante
Lorsque vous êtes avec la personne blessée, il faut demander, si on ne le sait déjà, quel type de produits domestique ou chimique a pénétré dans l'oeil et quelle quantité? Suite à cela, il faut procéder à un lavage oculaire abondant. L'eau peut être utilisée à défaut de solution physiologique. Utiliser la douche si nécessaire. Un délai plus grand que 3 à 5 minutes ou un lavage inférieur à 20 ou 30 minutes peut assombrir le pronostic.

Le début du lavage oculaire doit être immédiat. Si des délais sont encourus pendant un éventuel transport à l'hôpital et/ou l'attente dans une salle d'urgence, ces délais peuvent être suffisants pour perdre l'oeil.

Il est important de faire le lavage oculaire immédiatement et, par la suite, si le produit qui a pénétré l'oeil est inconnu, appeler le Centre Anti-Poison dont le numéro devrait toujours être disponible à titre de référence.

Après 20 ou 30 minutes de lavage oculaire, les patients doivent être vus par un professionnel. Pour les brûlures légères (par peroxyde ophtalmique par exemple), un antibiotique léger sera souvent suffisant.

Les brûlures à l'acide ont un meilleur pronostic qu'avec les solutions alcalines. Les acides forment souvent des précipités, ce qui stoppe leur pénétration. Les alcalins, eux, pénètrent profondément dans les tissus et continuent de provoquer des dommages aux tissus longtemps après l'accident.

Toute brûlure avec des produits alcalins doivent être référée à un ophtalmologiste spécialiste de la cornée, si disponible.

Suite à une brûlure aux alcalins, l'oeil peut paraître très "blanc" plutôt que très rouge. Cela serait dû à une ischemie ou absence de circulation sanguine, les vaisseaux ayant été oblitérés par le produit chimique. Dans ce cas, le pronostic est très mauvais.

Brûlures par radiation
Ces brûlures sont les deuxième dans l'ordre de fréquence. La plus caractéristique est le flash de soudeur. Les travailleurs atteints sont souvent les personnes circulant autour d'un soudeur plutôt que le soudeur lui-même.

Les premiers soins peuvent inclure le lavage oculaire à l'eau froide. Pour davantage de confort, un pansement occlusif est utilisé.

La kératite par exposition aux rayons ultra-violets
La cornée peut être atteinte si une exposition trop grande aux rayons ultra-violets est obtenue. Certaines situations peuvent prêter à ce problème:
- le ski de fond sans protection lors de longues randonnées (kératite du skieur);
- la plage au bord d'un cours d'eau;
- les lits solaires sans protection;

Les atteintes par exposition aux ultra-violets produisent des kératites légères qui peuvent être traitées sans problème par un optométriste.

Aller au haut